Votre rémunération : comment allez-vous la composer ?

Vous avez donc pris la décision de créer une société et de vous lancer comme chef d’entreprise rémunéré. Félicitations ! Vous avez également choisi la forme juridique de cette société. Bien. Vous avez déterminé la somme que vous pouvez tirer de votre société pour en vivre confortablement. Passons à l’étape suivante : comment allez-vous extraire cet argent de la société ? Le salaire n’est heureusement pas la seule forme possible de rémunération. Vous allez voir comment vous pouvez rendre la chose (fiscalement) vraiment intéressante.

Le salaire

Le salaire est évidemment la première et la plus évidente forme de rémunération à laquelle on pense. La pression fiscale sur le salaire est cependant chez nous particulièrement forte. Il est donc peut-être attrayant, mais pas du tout intéressant, de gagner trop d’argent. Plus vous gagnez en tant que salarié, plus vous paierez d’impôts en tant que personne physique – c’est aussi simple que cela. N’oubliez pas non plus que, plus vous gagnez, plus votre employeur – dans ce cas votre propre société – payera de charges. Dans ce cas, un salaire élevé est donc doublement désavantageux.  Attention : en théorie, il n’y a pas de limite inférieure. Théoriquement, vous pouvez donc travailler gratuitement pour votre propre société. Mais dans ce cas, vous devrez pouvoir expliquer de quels revenus vous vivez…

Le salaire a cependant également des avantages. Les avantages de la sécurité sociale sont pour un salarié bien plus intéressants que pour un indépendant. La pension et les autres formes de protection sociale sont bien plus avantageuses. En tant que chef d’entreprise, vous pouvez également bénéficier d’avantages dans l’impôt sur les personnes physiques, comme la quotité du revenu exemptée d’impôt, le remboursement d’un emprunt, etc., mais également p.ex. les déductions pour les chèques-services. 

Si vous examinez la chose de l’autre point de vue – vous êtes en effet ici le salarié, mais votre entreprise est votre employeur – un salaire est également une chose intéressante. Pour l’entreprise, le salaire est un coût déductible, et à certaines conditions,  un tarif plus faible dans l’impôt des sociétés est possible.

Les dividendes

Vous êtes bien entendu actionnaire de la société que vous avez créée. Et s’il y a des bénéfices, la société peut distribuer des dividendes aux actionnaires. C’est également une chose intéressante. Pourtant, cet aspect a perdu beaucoup de son intérêt au cours des dernières années. Il y a cinq ans, le précompte mobilier sur les dividendes était encore à 15%. En 2013, le précompte a augmenté de pas moins de 10 % ; l’année passée, 2% sont venus s’y ajouter, et depuis cette année, le précompte s’élève à 30% ! Il existe pourtant une possibilité de contourner cette augmentation pour les PME créées après le 1er juillet 2013, ou qui ont effectué une augmentation de capital depuis cette date. Sur les bénéfices réalisés au moins trois ans après cette augmentation, il est possible de distribuer un dividende avec un précompte de 15%.  Même les sociétés qui ne se trouvent pas dans cette situation ont des possibilités pour échapper à cette augmentation du précompte.

Le salaire et les dividendes ne sont cependant pas les seules possibilités de rémunération pour un chef d’entreprise. Voyons ce qu’il est encore possible (et intéressant) de faire.

  • Twitter
  • LinkedIn
  • Facebook

, , , , , , , , , , , , , , , ,